Attention ! La cloche a retenti. La représentation va commencer…

 

 

Silence ! Les comédiens entrent en scène…

 

Attaque d’une banque ( Claudine, Nathalie, Eveline, Simone B, Simone T )

 

Toto turbulant ( Eliane, Gérald )

 

La conductrice d’un camion ( Simone T, Eveline ) La demande en mariage ( Simone B, Nathalie, Claudine )

 

La voleuse de poule ( Eliane, Simone T ) A une réception ( Claudine, Eveline, Gérald )

 

La condamnée à mort ( Claudine, Eveline, Nathalie, Simone B, Simone T, Gérald )

 

Perdue dans la forêt ( Eveline, Nathalie ) Deux amies bavardent ( Simone B, Simone T, Nathalie )

 

Charité ( Eveline, Gérald, Claudine )

 

Sous la Tour Eiffel (Claudine, Eveline, Nathalie, Simone B, Simone T, Gérald )

 

Bravo! Bravo!

 

Accident sur la route (Eveline, Nathalie )

 

 

Au bureau ( Simone T, Claudine, Gérald )

 

Anniversaire ( Nathalie, Gérald )

 

 

Vie au paradis ( Simone T, Simone B ) Besoin d’un emprunt ( Eliane, Gérald )

 

L’homme invisible ( Claudine, Simone B, Eveline )

 

Dans la cour d’un asile ( avec toute la troupe )

 

C’est fini…

 

 

 

Eliane et sa troupe sont chaleureusement applaudies

Quelle représentation !!! Une telle qualité est le fruit d’un grand travail. Encore bravo.

 

Pour prolonger cet agréable moment, allons déguster les succulentes crêpes préparées par Evelyne, Zoria, Christiane et Danièle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tradition oblige, après la réunion plénière du mois de janvier, c’est la dégustation des galettes.

Les galettes sont chaudes, nous allons pouvoir les couper.

… mais certains travaillent encore

 

L’heure de la distribution approche

 

Un petit verre de cidre pour accompagner ? Attention : n’avaler pas la fève !

 

Vive la Reine !

 

 

 

Il est de retour… Mais qui ? Plutôt quoi? Le temps de déguster avec les ami(e)s le Beaujolais nouveau !

Pour faire honneur à cet événement, tout commence par la mise en place d’une belle table. Comme chaque année, un petit groupe de Citadines y a réfléchi et a créé les décorations. Admirons leur travail…

 

 

 

Préparations de l’apéritif

 

 

 

Tout est prêt. Les festivités peuvent commencer. Malheureusement, malades, Juliette et Evelyne, qui ont tant oeuvré pour composer le repas, n’y participeront pas.

 

 

 

 

 

 

Le repas se termine mais il manque quelque chose pour que la fête soit complète… le récital de Bernard.

” Bernard, Bernard, Bernard… ” Nos demandes le décident.

 

 

Après ces belles chansons si bien interprétées, il faut se dire ” Au revoir “.

Avant de partir, quelques Citadines restent pour participer aux corvées : vaisselles, rangements et nettoyages des lieux.

Merci à tous ceux et toutes celles qui ont fait de cet événement une belle réussite.

 

 

 

 

Grosse angoisse pour les participants en raison des difficultés d’approvisionnement en carburant.  Ouf… Le car arrive. En route !!!

 

Arrivée sous un soleil magnifique

Première étape de la journée : la visite de la cathédrale.

 

Rencontre avec la guide Maison des pèlerins de Saint Jacques de Compostelle

 

Construite au 13ème siècle, elle succède à une église plus petite déjà étape du pèlerinage de St Jacques de Compostelle. Elle a été agrandie pour abriter une relique très précieuse : la tête de St Jean-Baptiste achetée à Byzance. Cette relique attire alors de nombreux pèlerins, source de revenus appréciables.

Par ses dimensions, c’est le plus vaste édifice gothique de France :145m de long, 70m de large et la plus haute nef du monde. Le peuple ne sachant pas lire, le seul moyen de faire connaître ” l’histoire sainte ” était de la sculpter comme une bande dessinée pédagogique.

 

Au cours du nettoyage de la cathédrale ( 30 ans ), des traces de la polychromie qui couvrait les édifices religieux au moyen-âge ont été mises à jour., par exemple du bleu et du doré sur le vêtement de la Vierge.

A droite de la Vierge : les statues représentent des épisodes de sa vie ( l’Annonciation avec l’Ange Gabriel… )

A gauche : les Rois mages, Hérode, la reine de Saba.

 

Le portail central est consacré à Jésus ” Le Beau Dieu “. Le nettoyage a révélé des yeux bleus.

Au-dessus de la statue : le Jugement dernier, Jésus sépare les bons des méchants, ces derniers sont poussés violemment par un diable dans la gueule d’un animal vorace. Sur le dernier étage du portail, les bons entrent au Paradis tandis que les méchants brûlent dans la chaudière.

A gauche de la statue: les Apôtres dits ” manuels ” avec les instruments de leur supplice ( St Pierre et sa croix )

A droite : les Apôtres dits ” intellectuels ” ( St Paul et son épée )

Sur le dernier portail : Saint Firmin venu d’Espagne  a évangélisé la région d’Amiens au 3ème siècle et y a subi le martyre.

 

L’intérieur surprend par sa grande clarté. Cela est dû aux nombreuses ouvertures. Beaucoup de vitraux ont été détruits au cours de deux catastrophes.

La nef est la plus haute des cathédrales françaises : 42,50m.

 

 

Les clôtures de choeur ( 15ème siècle ) du côté sud racontent la vie de St Firmin, entre autre sa décapitation ( bourreau habillé de couleurs agressives ) et la découverte de son corps intact trois siècles après sa mort par St Sauve.

Quelques vitraux subsistent heureusement. Certains sont authentiques, d’autres restaurés et enfin d’autres modernes ” à la manière de ” .

 

La clôture de choeur du côté nord évoque la vie de St Jean- Baptiste reconnaissable à sa tunique en peau de mouton.

 

Tombeau en bronze du premier évêque bâtisseur Evrard de Fouilloy ( de 1220 à 1222 )

Centre du labyrinthe

Les pèlerins, qui ne pouvaient pas se rendre à Jérusalem parcouraient le labyrinthe à genoux ( 234m )

Entre le 21 et 24 juin, vers 8h45, un rayon de soleil traverse la cathédrale de part en part en suivant l’orientation d’une des branches de la croix.

 

Notre guide est passionnante mais nous avons un autre rendez-vous. Il est temps de partir pour le restaurant.

Un peu de marche… Pas le temps de s’arrêter pour profiter de certains lieux sur le parcours qui nous mène au quai Belu !

Le restaurant ” Le Quai ” où nous déjeunons est situé dans le quartier Saint Leu, au bord de la Somme.

Nous avons hâte de découvrir quelques plats régionaux : ficelle picarde, pâté picard, Potjevleesch à la bière Anosteke, rabote picarde par exemple.

Potjevleesch

Après avoir repris nos forces, nous rejoignons le lieu de départ pour la visite, en barque, des Hortillonnages.

 

Pas d’inquiétude, il y a des gilets de sauvetage

Un sympathique batelier nous explique que les Hortillonnages s’étendent sur 300ha dans un lacis de canaux alimentés par la Somme et l’Arve. Ces jardins sont d’anciens marais drainés par les Romains qui les cultivaient. Au siècle dernier, un millier de maraîchers, les hortillons, vendaient aux amiénois leurs fruits et légumes. Au début des années 70, ils ont créé une association afin de s’opposer à un projet d’assèchement pour y construire des routes. Actuellement, dans ce site ” classé “, il ne subsiste plus que 4 maraîchers. Des maisons de week-end, des arbres fruitiers et des fleurs les ont remplacés.

Au cours de notre promenade, nous croisons un héron cendré, des grèbes huppées et des canards à col vert.

 

Sur cette photo, au fond, nous apercevons la flèche de la cathédrale. Datant du XVIème siècle, haute de 112,70 m, elle est recouverte de feuilles de plomb et Violet Le Duc l’a utilisée comme modèle pour construire celle de Notre Dame de Paris.

Et encore quelques vues…

 

Après cette merveilleuse promenade, nous disposons d’une heure avant de rejoindre notre car.

Beaucoup de participant(e)s en profitent pour effectuer quelques emplettes gourmandes au magasin ” Trogneux “”, chocolatier et réalisateur des fameux ” macarons d’Amiens ” depuis 1872.

L’arrière de la cathédrale et la Place St Michel

 

L’heure du retour a sonné !

 

 

 

P-S : merci à Françoise, Gérald et Marilyne pour leur participation.

 

 

 

 

Quelle angoisse ce matin du 1er octobre pour les membres des ” Citadines de Villeparisis ” ! Une pluie battante menaçait leur circuit pédestre. Peu avant l’heure de la mise en route de cette manifestation, un participant très attendu apparaît… Le soleil !!!

Les équipes sont constituées. L’équipe 1, après avoir résolu la première énigme, part : direction l’étape un, tout en réfléchissant pour trouver le mot de passe. ” Fleuves et cours d’eau en Seine-et-Marne ” en est le thème.

 

” Voilà une joyeuse équipe qui arrive … “

 

Petit à petit, les participants atteignent la dernière étape.

L’étape finale Arrivée d’une équipe Une viennoiserie ? Une  boisson ?

 

Grâce à la participation de la ludothèque, les enfants peuvent profiter de jeux en attendant que toutes les équipes soient présentes. Parents, ami(e)s discutent.

 

 

Le tirage de la tombola va bientôt commencer. Rentrons !

Discours de Mr Tissot Discours de Mme Abreu Discours de Mr Bouche

Remerciements, plaisir de participer y sont exprimés.

 

Le tirage de la tombola commence. Chaque participant, parent ou enfant, récupère un lot.

 

Un apéritif dinatoire pour les membres des Citadines et leurs invité(e)s termine cet après-midi très convivial.

 

 

 Cette année, nous devons apporter une variante à ce moment de convivialité. En raison d’une température un peu fraîche, l’utilisation d’un barnum se révèle nécessaire.

 

Mais c’est sous un soleil magnifique que nous prenons l’apéritif en compagnie de Monsieur Bouche et Madame Digard. Malheureusement, en raison d’un emploi du temps chargé, Monsieur le Maire ne pourra pas partager notre repas.

 

Bien que l’apéritif ait été copieux, nous apprécions de passer à table …

 

Levons nos verres en l’honneur de notre ami Claude !

 

Un bon gâteau réalisé par Yvonne accompagne le champagne offert par Claude

 

Quelques discussions entre ami(e)s, les tables desservies… Le moment de se dire ” au revoir ” est arrivé.

 

 

 

La plénière du 28 juin n’a pas été une plénière classique. A la fin de cette dernière, les membres de l’association ont fêté l’un d’entre eux , Claude, qui part pour d’autres horizons.

Sa bonne humeur, sa gentillesse, son dynamisme vont nous manquer.

 

Le président Bernard le remercie pour son investissement dans toutes nos activités et lui

exprime combien nous sommes heureux de l’avoir connu.

 

 

 

 

Lors du pique-nique à l’étang, le 1er juillet, un présent lui est remis au nom du C.A

 

 

Le 11 juillet, l’atelier Théâtre organise un déjeuner au local pour lui dire ” au revoir “

Merci aux actrices pour ces 2 photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après deux fêtes de la Musique annulées, cet évènement est d’autant plus attendu avec impatience.

Le spectacle est assuré par la chorale des Citadines et les classes de Mesdames Emmanuelle, Hélène et Virginie de l’école Barbara.

La chorale des Citadines ravit le public avec des chansons des années 60 à 80.

Quant aux enfants, ils interprètent quelques extraits de leur concert, présenté au Centre culturel, sur le thème de l’environnement à l’aide de chansons enfantines adaptées.

Le tract envahit les artistes, le spectacle va commencer …

 

 

C’est parti… J’ai la mémoire qui flanche, La tendresse, Prendre un enfant par la main

 

Les chefs d’Etat

La fanfare avec objets recyclés

 

Dominique et Juliette

L’aigle noir, Aimer à perdre la raison

Juliette et Bernard

Dis-moi pourquoi

 

J’ai descendu dans mon jardin Dans la forêt lointaine Viens mon vent Maman les gros bateaux

 

Retiens la nuit J’entends siffler le train

 

Bernard et les ” bernadettes ” : Toujours un coin qui me rappelle

 

Touche pas à ma planète

Retour de la chorale des Citadines : Et si tu n’existais pas, Les mots bleus, Foule sentimentale

 

Daniela Je te promets

 

L’école Barbara emmène les spectateurs en voyage à travers des chants en langue du pays et des danses. Les voilà transportés en Inde, en Arménie, en Algérie, au pays des Maoris et pour finir au Portugal. Le rêve s’achève par un magnifique poème camerounais sur l’universalité du genre humain.

 

Pour clôturer le spectacle, la chorale des Citadines rejoint les enfants pour une dernière chanson : Joli coquelicot

 

Avant de se dire ” au revoir “, un petit réconfort : chaque enfant reçoit un sachet de friandises préparé par Lydia. Pour artistes et spectateurs, des gâteaux, réalisés par des Citadines, et des boissons sont à leur disposition.

 

 

 

 

 

 

 

Les Citadines de Villeparisis, les enfants du Conseil Municipal, des centres de loisirs, des anciens combattants et les élus ont participé le 25 mai au ravivage de la flamme sur la tombe du soldat inconnu à l’Arc de Triomphe.

L’objectif de ce moment :

  • rendre hommage à toutes les victimes de guerre
  • entretenir le devoir de mémoire
  • permettre aux anciens combattants de partager leur vécu
  • permettre aux plus jeunes de connaître l’histoire et les aider à devenir les citoyens de demain

 

Texte et photos du Président de l’association

Arrivés à Château-Thierry par quatre chemins différents, nous nous rassemblons à la Maison du Tourisme.

En attendant la guide, amusons-nous.

 

Avant de partir sur les pas de La Fontaine, un peu d’histoire : sur le plateau qui commandait la vallée de la Marne, il y eut successivement un oppidum gaulois, une place forte mérovingienne, une forteresse féodale, une résidence seigneuriale au 13ème siècle; en 1060, Hugues Lambert dit Thierry fit élever une enceinte fortifiée et un château fut construit du 11ème au 17ème siècle; aujourd’hui il n’existe plus que la base des murs.

Et maintenant, en route !

Au fond, l’Hôtel de ville

Petit intermède pluvieux

 

Maison natale de La Fontaine A droite, fenêtre de sa chambre

 

Montons vers le chemin à la base des remparts puis suivons le…

 

Après une montée périlleuse par les escaliers dans la tour Balhan

vue sur les roses au pied des remparts

Les douves du château

Nous franchissons la porte Saint-Jean. Pour se protéger des assaillants, les habitants pouvaient descendre deux herses et par des fentes en hauteur dans les murs ils jetaient un liquide bouillant.

Arrêtons nous quelques instants pour la photo souvenir…

 

La porte Saint-Jean Escalier, face à ” l’auberge “, emprunté par La Fontaine après une soirée bien arrosée pour repartir discrètement sans passer par la rue des notables

 

Il est temps de reprendre des forces.

 

Bien ” ravigotés “, nous poursuivons notre escapade par la visite des caves de champagne de la maison Pannier. Elles sont installées dans des carrières de pierre du 13ème siècle.

La réception

Dans les caves

Un moment bien sympathique : la dégustation ( sans abus )

 

Rendez-vous maintenant au monument de la côte 204: le Mémorial américain.

Texte figurant ( en français et en américain ) sur le Mémorial : Le monument a été érigé par les Etats-Unis d’Amérique pour commémorer les combats de leurs troupes et celles de la France dans cette région pendant la Grande Guerre. Il perpétue le souvenir de la fraternité d’armes qui unissait les forces françaises et américaines.

 

En faisant le tour du monument, nous découvrons une magnifique vue sur Château-Thierry et la vallée de la Marne .

 

Sur ce côté du monument, le schéma des opérations y est gravé.

 

Sous le monument, un petit musée complète l’historique de cette tragique période.

 

De retour sur le parking, une grande discussion s’engage : qui souhaite terminer cette belle journée par la découverte de Bois-Belleau ? Seul un petit groupe décide de s’y rendre.

Ce bois, occupé par les allemands le 2 juin 1918 et repris par les américains le 25 juin, a été le lieu de départ ( le 18 juillet ) de troupes américaines qui ont participé à la bataille de France.

Chapelle commémorative en forme de tour romane découronnée, bâtie dès 1918

 

Dans ce cimetière américains 2280 soldats dont 250 inconnus y sont enterrés. Les noms des disparus sont inscrits dans la chapelle.

Malheureusement la fermeture du cimetière étant imminente, le petit groupe est obligé de quitter ce lieu de mémoire si émouvant.